La circonscription

La 7ème circonscription du Val-d’Oise : défis du territoire et priorités d’action

 

 

Avec 13 communes et plus de 110 000 habitants, la 7 ème circonscription du Val-d’Oise est riche de la diversité de ses territoires et de ses habitants. Zones urbaines, périurbaines, quartiers résidentielles, villages et quartiers populaires, chaque partie de la circonscription a son identité et ses problématiques propres.

L’emploi reste un enjeu majeur, étroitement liée à la question des transports et des déplacements. Alors que les habitants subissent quotidiennement les nuisances aériennes liées à l’activité de l’aéroport de Roissy, ils n’ont paradoxalement pas accès aux nombreux emplois de la zone aéroportuaire faute transports en commun. Ainsi, le défi est double : trouver un équilibre entre intérêts économiques et préservation de la santé publique – notamment en luttant contre les vols de nuit – et travailler à l’amélioration de l’accessibilité de l’aéroport et des entreprises de la plateforme par des moyens de transport propres. Le territoire est par ailleurs jalonné de zones d’activités qui doivent être soutenues pour maintenir l’emploi local.

La question de la formation est centrale dans la lutte contre le chômage. Formation pour les jeunes, mais également formation tout au long de la vie car le monde du travail est en pleine mutation, notamment avec le développement du numérique. Les actions locales dans ce domaine portées par l’Etat, les collectivités et les associations doivent être soutenues et mieux coordonnées pour plus d’efficacité.

La préservation et l’amélioration du cadre de vie est une priorité pour le territoire. Les quartiers populaires, notamment à Sarcelles, ont bénéficié de vastes opérations de rénovation urbaines qui ont permis aux habitants de retrouver des espaces publics et des logements propres, plus fonctionnels et agréables à vivre. Il faut poursuivre cet effort car il reste beaucoup à accomplir pour améliorer les conditions de vie de chaque citoyen. La demande de logements sur le territoire reste forte : il faut répondre à cette attente sans sacrifier nos paysages au profit des promoteurs. Les parcs, la forêt, les jardins et les cultures agricoles font le charme du territoire. Il faut préserver ce cadre exceptionnel sans geler toute initiative pour le logement. Pour cela, les projets comme celui de l’Eco-quartier de Bouffémont sont un exemple à suivre.

                                                                            Centre culturel – Bouffémont

Par ailleurs, lorsque cela est possible, il faut privilégier et encourager les rénovations de bâtiments ayant un intérêt architectural aux démolitions systématiques.

Le projet du BIP menace la ville de Montmorency depuis plusieurs décennies mais le début du chantier n’a jamais été aussi proche. Imaginé il y a 70 ans, ce projet est aujourd’hui obsolète. Si la portion EST traversant des zones très urbanisées et facilitant l’accès à l’aéroport peuvent avoir un intérêt, la portion Ouest qui passerait sous la Collégiale de Montmorency et couperait la ville en deux sans améliorer la circulation est une folie. Alors que les deniers publics se font rares, il n’est pas défendable d’investir deux milliards d’euros dans une route dont l’intérêt reste à prouver. Les emprises de ce projet, espaces boisés gelés depuis des années, doivent être restituées aux habitants par la création d’espaces publics.

Les centre-villes du territoire voient peu à peu leurs commerces disparaître. Les habitudes de consommation ont évolué mais les citoyens restent attachés à leurs commerces de proximité. A travers la mise en place d’un fonds d’aide à la revitalisation des centres villes, l’Etat doit accompagner les communes pour redynamiser et soutenir le commerce local.

Le maintien et le développement des services publics est nécessaire pour garantir égalité des chances, sécurité et offre de soin de qualité aux habitants.

La 7 ème circonscription du Val d’Oise est un territoire à la fois jeune et confronté aux défis du vieillissement. La mise en œuvre d’un seuil de 25 élèves maximum du CP au CE2 (12 élèves par classe dans les territoires de l’éducation prioritaires) doit favoriser la réussite de chaque enfant. Le territoire est sous équipé en EHPAD (maisons de retraite médicalisées) aux tarifs accessibles au plus grand nombre. L’aide au maintien à domicile par le crédit d’impôts pour les travaux d’adaptation des logements et la reconnaissance du statut d’aidant peut être une solution mais la création de nouveaux établissements d’hébergement aux tarifs adaptés est nécessaire.

La circonscription ne dispose pas d’hôpitaux publics mais de cliniques et d’un hôpital privé. Les transports en commun pour accéder aux centres hospitaliers voisins doivent être améliorés et les moyens alloués aux hôpitaux publics doivent être renforcés, notamment pour limiter l’attente aux urgences et donner aux professionnels de santé des conditions de travail propices à une meilleure prise en charge des patients. Dans les villes comme dans les villages du territoire, la lutte contre les déserts médicaux est un défi majeur : l’Etat doit accompagner les collectivités dans leurs projets de création de maisons de santé pluridisciplinaires pour permettre de pallier au manque de médecins de ville.

 

                                                                                                    Ecouen

 

La création de structures adaptées pour la prise en charge de l’autisme et des maladies psychiatriques doit faire l’objet d’un plan d’investissement ambitieux pour répondre aux besoins d’habitants souvent démunis face à l’absence de réponses publiques. Le plan de mise en accessibilité des commerces, des bâtiments et espaces publics doit se poursuivre pour permettre à chaque citoyen du territoire de se sentir pleinement libre et autonome.

L’augmentation du nombre de policiers et de gendarmes et le rétablissement de la police de proximité profitera aux zones urbaines comme périurbaines. Si la lutte contre le terrorisme doit être une priorité, les habitants attendent une amélioration de la sécurité du quotidien qui nécessite des moyens humains.

Enfin, la culture est un outil indispensable pour créer du lien et s’ouvrir sur le monde. Elle ne peut être réservée à une catégorie de privilégiés. Le soutien aux associations qui font un travail exemplaire sur le terrain doit être renforcé et les lieux de création et de diffusion de la culture du territoire doivent être soutenus pour poursuivre et renforcer leurs actions de programmation et de médiation.

La 7 ème circonscription du Val d’Oise est un territoire apprécié par ses habitants qui sont fiers et heureux d’y vivre. Des quartiers populaires vivants, des villes et des villages offrant un cadre de vie privilégié ; le territoire est à l’image de la France. Mais les défis sont nombreux et les citoyens ont besoin d’un(e) député(e) de terrain, engagé(e) auprès d’eux pour défendre leurs intérêts et faire entendre leurs priorités.

 

                                                                        Fresque murale – Sarcelles Lochères

 

                                                                             La collégiale de Montmorency

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×