Ce que je veux faire pour les chrétiens d’Orient

Comme candidate du Parti Socialiste, je suis une internationaliste. Cela veut dire que le sort du monde me concerne. En sollicitant les suffrages des électeurs de la 7 ecirconscription du Val d’Oise les 11 et 18 juin prochains, je veux porter à l’Assemblée l’amour de la liberté et la défense de la liberté de conscience.

Je viens d’une région du monde, le Proche Orient où les persécutions contre les chrétiens ne sont pas simplement des prophéties bibliques, elles sont subies régulièrement.

Encore récemment en Egypte, contre les coptes… Des familles entières ont quitté leur foyer en Irak ou en Syrie pour trouver refuge dans notre pays.

La France a, depuis longtemps, une tradition d’accueil des opprimés du monde et comme parlementaire, je serai vigilante à ce que notre pays demeure celui de la liberté pour ceux qui fuient les persécutions.

Nous devons maintenir une politique d’asile responsable. Nous ne pouvons le faire seuls.

Voilà pourquoi il faudra porter en Europe cette voix de la solidarité.

L’aide aux chrétiens d’Orient n’est pas une défiance déguisée vis-à- vis de l’islam. Ce n’est pas une nouvelle croisade. Nous devons lutter contre le fanatisme qui n’épargne personne. Nous ne devons pas instrumentaliser cette cause comme le fait la droite. On ne peut pas afficher un soutien ému en assistant à des cérémonies et chasser des familles de logements sociaux alors qu’elles ont fuit la guerre ; on ne peut pas prétendre organiser « la défense des chrétiens d’Orient » en danger comme l’a fait la droite francilienne et n’avoir prévu ni programme ni financement si ce n’est des manœuvres électoralistes.

La France a un rôle très ancien dans la protection des chrétiens d’Orient. Je pense qu’il faut lier cette tradition à la solidarité internationale.

Tandis que nous devons continuer à lutter contre Daesh, y compris en nous attaquant ici en France aux raisons qui font que des jeunes se laissent endoctriner, il faut aussi créer les conditions pour que les populations orientales qui trouvent refuge en France puissent vivre décemment.

Une mission parlementaire pourrait travailler sur un projet pour l’accueil en s’inspirant de ce qui existe. Ce qui sera bon pour les migrants accueillis sur notre sol le sera aussi pour les chrétiens d’Orient qui vivent en paix et en sécurité chez nous.

Beaucoup de ces personnes sont diplômées. Elles peuvent donc aider à travailler à des programmes éducatifs, la préservation d’un patrimoine et d’une culture multiséculaire,

mais également en créant les conditions d’une une vie décente par des dispositifs utiles en matière de formation, de logement et d’accès à l’emploi.

La France et l’Europe ont les moyens de mener ces politiques. C’est l’honneur de la gauche de mettre en action ses mots d’ordre de solidarité internationale et d’égalité réelle.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×