Mon intervention au meeting de Sarcelles

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis fière d’être là parmi vous.

Je vous remercie, d’être présents ce soir.

Je salue Rachid Temal, 1er secrétaire fédéral ; Un grand merci à Jocelyn Assor, adjoint au maire, et aux militants de Sarcelles qui ont été très actifs durant cette campagne ; Merci à Romain, d’être mon suppléant et à qui je dois beaucoup ;

Je tiens tout particulièrement à remercier François Pupponi de nous accueillir dans sa ville, de nous prêter main forte dans cette campagne et de nous inviter ce soir à cette belle rencontre.

Merci à Bernard Cazeneuve pour son soutien cet après-midi.

Et, enfin, un remerciement appuyé pour les 30 élus du Val d’Oise qui appellent à voter pour moi.

C’est un honneur d’être la porte-parole de vos idéaux pour que nous puissions contribuer ensemble, côte à côte, à la bataille pour le plein emploi, la transition énergétique, la sécurité, l’éducation, l’insertion des jeunes et des seniors.

C’est une immense, et belle, responsabilité de vous représenter pour mener ce combat.

 

Les Français, dans leur écrasante majorité, ont exprimé le 7 mai dernier une réelle volonté de changement. Nous en avons tous pris acte.

Nous sommes nombreux et nombreuses à souhaiter la réussite de ce quinquennat.

Tel est, dans le contexte actuel, l’enjeu véritable de ces élections législatives.

Mais, pour réussir dans sa mission de redressement, le nouveau pouvoir a besoin d’un œil critique. Une critique utile et constructive.

Le temps n’est plus aux décisions sans partage mais à partager la décision

Cela nécessite aussi une approche nouvelle de la pratique parlementaire, une approche jeune, dynamique et engagée dans la gestion de la chose publique.

 

Notre attitude sera constructive et vigilante :

Elle sera constructive sur le régalien que ça soit au niveau de la politique étrangère ou de la sécurité.

En politique étrangère, nous veillerons à renforcer la place et le rôle de la France au sein de l’Union européenne et au niveau de la communauté internationale.

Sur ce point notre président a effectivement réalisé un bon début de mandat. Il a dignement représenté la France lors du sommet du G7 en Italie et s’est opposé à la politique dangereuse et néfaste du Président américain, Donald Trump.

Au niveau de la sécurité, la sécurité doit demeurer notre priorité absolue.

Il n’y a pas de liberté sans sécurité.

Au niveau du terrorisme qui frappe un peu partout comme nous l’avons vu cette semaine à Londres ou à Paris, il faut régler les problèmes à la racine en éradiquant Daesh et chez nous en votant les lois comme celle du renseignement lors du précédent quinquennat…

Dans ce cadre, permettez moi de m’arrêter sur un sujet qui me tient à coeur :

Il est nécessaire aujourd’hui de clarifier certaines idées reçues qui entretiennent un avis trompeur notamment au sujet du terrorisme.

Les événements au Moyen-Orient apportent la preuve qu’il est totalement erroné de confondre islam et terrorisme.

Ne nous y trompons pas, l’islam n’est pas incompatible avec la République. Une poignée d’extrémistes ne doit pas pouvoir ébranler notre cohésion nationale.

Nos compatriotes musulmans ont eux aussi besoin d’être rassurés et protégés.

Le terrorisme vise à détruire notre culture, notre histoire, notre liberté et nos valeurs qui sont le socle de notre vivre ensemble pour les remplacer par la dictature de l’obscurantisme.

Dans ce contexte, je voudrais aborder un dossier lié d’une certaine façon au problème du terrorisme.

Je veux parler ici de la question des chrétiens d’Orient. Je viens d’un pays, le Liban, qui connaît très bien le problème.

A la lumière de mon expérience personnelle, je voudrais insister sur la nécessité de préserver la présence des chrétiens d’Orient.

Il faut cependant s’entendre à ce propos sur la signification du terme « présence » des chrétiens.

Il ne s’agit pas ici de faire en sorte que les chrétiens d’Orient soient simplement « tolérés » dans leur pays d’origine.

Il ne s’agit pas de faire en sorte qu’ils soient uniquement maintenus en vie, qu’ils ne soient pas massacrés ou forcés manu militari à l’exode.

Ce qui est requis à ce sujet est, au contraire, d’agir efficacement pour que les chrétiens d’Orient puissent jouer un rôle actif dans leur société.

L’objectif à atteindre est que les chrétiens d’Orient puissent assumer un rôle dynamique dans leur pays, en toute liberté, en tant que citoyens à part entière, sur les plans politique, économique, culturel, pédagogique, religieux et social.

La France est en mesure de jouer un rôle d’avant-garde dans ce domaine et elle doit l’assumer non seulement pour défendre la présence des chrétiens sur leur terre, mais aussi pour contribuer à édifier un Proche et Moyen-Orient stable, pluraliste, démocratique, fondé sur le vivre ensemble et la paix civile.

Il y va de la stabilité et de la sécurité des pays du pourtour de la méditerranée et de toute l’Europe.

Ici, j’entends les craintes de la communauté juive et je les comprends.

Je connais ses attentes en terme de sécurité. Je sais qu’elle veut être respectée comme elle respecte les autres. Députée, je serais à ses côtés.
Si toute forme de racisme et de xénophobie doit être barrée de notre société, l’antisémitisme, lui doit être plus particulièrement sanctionné pour définitivement le faire disparaître. Il n’est plus tolérable que nos compatriotes juifs vivent dans la peur.

Elue députée, je défendrai un projet de loi qui transforme l’antisémitisme considérée aujourd’hui comme un délit, en crime. Ainsi, nous balayerons ce fléau qui ronge notre société.

Quand à l’Etat d’Israël, Israël et ses citoyens ont le droit de vivre en paix.

Cette paix, de mon point de vue ne peut se construire sous la pression de la communauté internationale. Elle est l’affaire des deux partis israélien et palestinien.

 J’ai pris du temps sur ces questions mais vous l’aurez compris, elles me tiennent à cœur.

 

Comme je vous l’ai dit, nous voulons la réussite de ce quinquennat, mon attitude sera constructive mais je resterai vigilante.

Sur la question sociale et économique, les derniers chiffres du chômage du mois d’avril ont démontré que les mesures entreprises sous le quinquennat de François Hollande ont porté leurs fruits.

Dès 2016, la croissance économique est repartie à son plus haut niveau. La courbe du chômage a commencé à s’inverser, la confiance des ménages est remontée, le climat des affaires s’est amélioré ainsi que les marges des entreprises grâce au CICE et au pacte de responsabilité.

Tous ces bons résultats sont le signe d’un pays qui redémarre et ce redémarrage est dû aux politiques de l’offre du précédent gouvernement.

Tout ça pour vous dire que le Président Macron a hérité d’une France en bien meilleur état que celle que nous a laissé Nicolas Sarkozy.

Oui, une certaine politique fonctionne, celle adoptée par François Hollande.

Ce n’est pas en nommant des ministres de droite à l’économie qu’on sauvera le pays. Dois-je vous rappeler que Monsieur Bruno Le Maire voulait :

  • premièrement, imposer des contrats à rémunérations inférieures au SMIC pour les chômeurs de longue durée ;
  • deuxièmement, supprimer 300 000 postes de fonctionnaires ;
  • troisièmement, restreindre les aides sociales.

Par ailleurs, il avait voté contre la loi de transition écologique et de croissance verte et s’était opposé à celle qui empêche le cumul des mandats politiques.

C’est cela la voix du progrès et du changement ?

Et que dire de Monsieur Gérard Darmanin, qui a voté contre la loi en faveur de l’économie sociale et solidaire ou contre la loi de la biodiversité ?

On sauvera La France avec des femmes et des hommes forts, à l’écoute des citoyens, défendant le progrès et la justice sociale.

Moi députée, je voterai en faveur de toutes initiatives encourageant la création d’entreprises grâce à des investissements massifs dans l’innovation et la recherche, dans les infrastructures, le numérique et la reconversion industrielle.

Mes priorités vont pour la lutte contre le chômage, et l’insertion des jeunes.

Je préparerai nos jeunes aux métiers porteurs sur notre territoire. Je renforcerai les coopérations entre le système éducatif et le monde de l’entreprise. J’anticiperai les besoins futurs des entreprises en assurant la formation professionnelle dans un monde en pleine mutation.

Puisque nous parlons emploi et chômage, je voudrais demander où était le député sortant Jérôme Chartier lorsque le chômage augmentait à Sarcelles ou à Montmorency ?

 

Monsieur Chartier a préféré défendre le programme ultra-libéral de François Fillon durant la campagne présidentielle, affirmant sans regret ni remord que notre modèle social français était défaillant, que les dépenses publiques étaient trop importantes.

M. Chartier a soutenu le projet de suppression de 500 000 postes de fonctionnaires et la remise en cause de l’idéal républicain de défense sociale, allant jusqu’à déclarer que certains soins ne seraient plus pris en charge.

Sur le plan sécuritaire, je procéderai au soutien au renseignement territorial et rétablirai la police de proximité au cœur de nos quartiers.

J’adhérerai à tout projet visant à faire reculer la précarité, notamment dans le logement ou dans la santé.

J’agirai pour garantir le maintien de la priorité à l’éducation, premier budget de la Nation, en poursuivant le recrutement de professeurs ainsi que l’investissement dans la culture. Parce que l’égalité des chances passe aussi par l’école et la culture.

Depuis le début de cette campagne, certes courte, j’ai rencontré des centaines de personnes, croisé de nombreux visages, j’ai vu, j’ai écouté, j’ai noté, j’ai appris. De toute cette expérience, j’ai compris que chaque parole, chaque question comptait. Votre jugement importe.

C’est la raison pour laquelle, j’ai pris l’engagement de me réunir régulièrement avec les citoyens et les associations pour débattre des lois qui les concernent.

J’ai adhéré à la démarche « Parlement et citoyens » qui défend la prise en compte de l’opinion des citoyens dans l’élaboration des lois.

Elue, je me propose de mettre à profit mon pouvoir parlementaire pour créer un comité des associations et des citoyens volontaires visant à sélectionner les meilleurs projets pour nos villes et quartiers sur le plan de l’innovation et de la solidarité.

Sur le plan local, j’ambitionne, avec votre soutien, avec vous, avec votre soutien d’être le renouveau face à cette droite conservatrice et affairiste.

J’incarne le changement sans sectarisme, la compétence sans opportunisme.
C’est sur la base d’un riche parcours professionnel, personnel et militant que je vous propose de relever ce défi.

J’ai grandi au Liban dans un contexte difficile.

J’ai dû fuir jeune lors de terribles combats durant la guerre civile et j’ai eu la chance de pouvoir poursuivre mes études en France.

Mon parcours académique a été solide et diversifié : j’ai construit ainsi ma carrière professionnelle par le travail et avec un grand sens de l’effort personnel.

Dynamique, j’ai su saisir les opportunités offertes par ce pays la France devenue ma patrie.

J’ai travaillé dans des entreprises en France et en Europe.

Femme d’engagement, j’ai rejoint le Parti socialiste en 2008 car j’estime que les partis politiques ont besoin de se renouveler au contact de la société civile.

En 2012, j’ai été suppléante aux élections législatives des Français de l’étranger.

Après avoir été en charge de différents secteurs au sein de la direction du Parti Socialiste, je suis aujourd’hui secrétaire nationale en charge du pôle social-économique et industrie.

Fière de cet ancrage professionnel et militant, que je me propose aujourd’hui de porter haut mes idéaux progressistes.

Mon expérience me donne les moyens de vous représenter au mieux dans ces élections. Mais, elle me donne surtout la force de vouloir m’engager davantage pour ce pays qui m’a tant donné et auquel je dois tant.

Léon Blum disait : « nous sommes le maillon d’une longue chaîne. »

Vous pouvez compter sur moi, comme je compte sur vous dans cette mission.
C’est à la défense de vos intérêts que je veux pleinement me consacrer.

Chers amis, encore une fois merci de votre confiance, de votre soutien et de vos votes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×